x-tv - exit La fratrie à la base des Unco' en a carrément sous le coude. Entre le grand Ed parti fonder les Not Scientists de son côté et le petit Forest tenté par l'aventure solo, on tombe sur le Trint au croisement des deux. Lui opte pour une formule acoustique/duo plus à même de véhiculer de fortes émotions. Moins punk quand même que le petit dernier et beaucoup plus triste il faut l'avouer. À deux, ils se situent à mi chemin entre le poète dans la pure tradition française et le voyageur itinérant purement américain (mais oui : celui avec son balluchon, son stetson et son morceau de paille à la bouche), en alternant entre chansons francophones et anglophones où les deux compagnons de route prêteront leurs voix. Un troisième album où les chansons tirées d'un carnet de route réaliste mêlent mélancolie, nostalgie et la joie de parcourir les sentiers de la vie sans rien regretter. Un album équilibré à la perfection où, là on serait tenté de verser une larme, ils nous reboostent avec une énergie animée par le bonheur. Comme après la touchante « Bitter sweet », la rafraîchissante « Lazarus is my name ». À noter cette touche d'arrangements personnifiés comme personnages ayant leur place dans chacune des histoires de ce recueil : les violons dans les parties les plus émouvantes ou encore l'harmonica et le banjo dans les épisodes joyeux. Un album frais, bourré de qualités et une parenthèse agréable contre le quotidien - son nom Exit ainsi que le subtil et magnifique artwork ne sont pas innocents.